Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | not_global | Assises du journalisme de Tours, maltraitance médiatique des quartiers populaires : clichés et clichés au carré
Assises du journalisme de Tours, maltraitance médiatique des quartiers populaires : clichés et clichés au carré

24 mars 2018

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | not_global | Assises du journalisme de Tours, maltraitance médiatique des quartiers populaires : clichés et clichés au carré

Assises du journalisme de Tours, maltraitance médiatique des quartiers populaires : clichés et clichés au carré

Assises du journalisme de Tours, maltraitance médiatique des quartiers populaires : clichés et clichés au carré

Une table ronde animée par John Paul Lepers (La TéléLibre) réunissait cinq personnalités le jeudi 15 mars 2018 autour du thème rebattu des « clichés et réalités des quartiers populaires », quartiers maltraités par les médias. Elle succédait à un autre atelier tenu un peu avant sur « informer sur les banlieues en Europe » à laquelle notre envoyé spécial n’a pu assister. Compte rendu du deuxième événement.

Les participants

Avec Ari­ane Chemin du Monde qui relatait son expéri­ence à Trappes, Elodie Hervé jeune jour­nal­iste, Fabi­enne Keller ex maire de Stras­bourg et ex LR, Edouard Zam­beaux ex France Inter et doc­u­men­tal­iste, le pan­el était com­plété par le vol annuel aux Assis­es du canard Bondy Blog représen­té par sa direc­trice, Nas­sira El Moaddem.

Les méchants

Les médias sont glob­ale­ment coupables et doivent accepter a min­i­ma une « respon­s­abil­ité partagée » (Lep­ers). « Il n’y a pas assez de diver­sité dans les recrute­ments dans les rédac­tions » (El Moad­dem). Edouard Zam­beaux, plus mesuré, récuse une dichotomie trop facile : à la fois trop de « la ban­lieue est dan­gereuse » et de « la ban­lieue est mer­veilleuse ». Pour Ari­ane Chemin « cha­cun plaque ses fan­tasmes » et elle ne voit pas pourquoi engager des fixeurs pour enquêter sur les ban­lieues (sous enten­du : ban­lieues de l’immigration). Pire, cer­tains voient une cor­réla­tion entre immi­gra­tion et délin­quance « alors qu’il n’y en a aucune » ajoute John Paul Lep­ers (sic).

Les remèdes

Fabi­enne Keller a été recasée par le macro­nisme comme vice-prési­dente du « Con­seil nation­al des villes » et tra­vaille avec le CSA sur une « éval­u­a­tion annuelle des mesures en faveur des quartiers ». Avec le sou­tien de l’ex Datar pour « pro­gress­er dans une meilleure prise en compte des quartiers ». Le Bondy Blog, par­fois organ­isa­teur de safaris de min­istres, organ­ise aus­si une école pré­para­toire qui per­met à 85% des élèves d’intégrer une école de jour­nal­isme. La mignonne Élodie – en rési­dence à l’école de jour­nal­isme de Tours – « forme les ban­lieues sur les vio­lences poli­cières ». Et rap­pelons le bien : il n’y a « pas d’équipements publics, pas d’activités » dans les ban­lieues (NB les travaux de Christophe Guil­ly ont démon­tré le con­traire, mais passons).

Échapper au réel

Alors qu’Ariane Chemin se « passe de fixeurs », un par­tic­i­pant souligne que « A Mar­seille il faut faire atten­tion aux entrées d’immeubles » et un autre que, des fois « les médecins ne veu­lent plus y aller et les jour­nal­istes reçoivent des cail­loux » « par­fois bien mérités » (sic, c’est nous qui soulignons). On pour­rait rap­pel­er l’expérience de Bernard de la Vil­lardière à Sevran ce qui lui a valu quelques soucis avec la bien-pen­sance.

Cette table ronde – présente sous des formes divers­es à cha­cune des Assis­es du jour­nal­isme, est une sorte de mantra. Une vision cul­pa­bil­isée devient cul­pa­bil­isatrice. Il faut « décon­stru­ire une image néga­tive » et « per­me­t­tre l’émergence d’un réc­it ». Surtout il faut oubli­er la réal­ité, con­forter l’ordre moral, rester entre soi, sans con­tra­dicteurs, ce qui per­me­t­tra de faire l’an prochain une autre table ronde – la même avec d’autres par­tic­i­pants et un titre un peu mod­i­fié – Évi­tons le choc du réel, il est par­fois rude.

Crédit pho­to : Wikimé­dia (cc)

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Samuel Étienne

PORTRAIT — Samuel Éti­enne, idole des vieux, dragueur de jeunes. Hyper­ac­t­if au som­meil léger, l’homme est passé par de mul­ti­ples cas­es de l’audiovisuel privé et pub­lic, fort d’un sourire ravageur et d’une plas­tique qui lui val­ut le statut de « bombe du mois » dans Têtu en 1994. Pili­er de France 3, il est séduit par Twitch où ses revues de presse rassem­blent des dizaines de mil­liers de « viewers ».

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.