Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Chasse aux blancs dans les médias américains, les têtes tombent
Chasse aux blancs dans les médias américains, les têtes tombent

25 juillet 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Chasse aux blancs dans les médias américains, les têtes tombent

Chasse aux blancs dans les médias américains, les têtes tombent

Chasse aux blancs dans les médias américains, les têtes tombent

[Pre­mière dif­fu­sion le 15 juin 2020]

Pendant la grande chasse aux blancs du printemps 2020, sous prétexte d’anti-racisme, au milieu des génuflexions, des repentances, des larmes, des excuses, des soupirs, des prosternations, les résultats ne se font pas attendre dans les médias américains. Les têtes tombent, toutes blanches.

Tempête au New York Times

Le New York Times pub­lie le 3 juin 2020, une tri­bune libre d’un séna­teur répub­li­cain améri­cain dans la rubrique « Opin­ions » du jour­nal. Il y qual­i­fie les man­i­fes­tants d’« émeu­tiers, insurgés, casseurs ». Soulignons qu’il s’agit d’une tri­bune libre, pas d’ un arti­cle et encore moins d’un édi­to­r­i­al. Bran­le-bas au quo­ti­di­en, plusieurs cen­taines de jour­nal­istes dénon­cent la tri­bune ; mieux quelques dizaines pub­lient sur Twit­ter un texte protes­tant con­tre une tri­bune qui « met en dan­ger les salariés noirs du NYT » (sic).

Résul­tat des cours­es, James Ben­net respon­s­able de la rubrique « Opin­ions » et pressen­ti pour pren­dre la direc­tion du jour­nal, défend sa ligne d’ouverture à dif­férentes sen­si­bil­ités poli­tiques (ce qui au NYT ne va pas bien loin) mais il est con­traint à la démission.

…Et ailleurs

Vous con­nais­sez le Philadel­phia Inquir­er ? Le quo­ti­di­en vient d’enregistrer la démis­sion de Stan Wis­chnows­ki son directeur de la rédac­tion. Après que les émeu­tiers dits anti-racistes aient brûlés ou endom­magés un cer­tain nom­bre d’immeubles de la ville, il pub­lie une tri­bune libre « Build­ings mat­ter, too » (les immeubles comptent, eux aus­si). Fureur des jour­nal­istes noirs qui débraient et obti­en­nent le départ du responsable.

Des mou­ve­ments sem­blables ont lieu dans d’autres rédac­tions. Le directeur du mag­a­zine culi­naire Bon appétit, (groupe Condé Nast), Adam Rapoport avait été pho­tographié en 2013 lors d’une fête d’Halloween… déguisé en lati­no-améri­cain. Il doit remet­tre sa démis­sion. Au site féminin Refinery29 des salariées noires se plaig­nent d’être placées sous la direc­tion de jeunes rédac­teurs blancs. Un sac de cen­dres sur la tête, la direc­trice, Nikole Han­nah Jones, se repent et démis­sionne : « Nous devons faire mieux et cela passe par laiss­er sa place à d’autres » (source AFP). Dans un con­texte dif­férent, le même mou­ve­ment se déroule en Alle­magne.

Justification professionnelle et fin de l’honnêteté

Cer­tains pour­raient croire que cette chas­se aux Blancs émeut les instances du jour­nal­isme. C’est le con­traire. Un cer­tain Jay Rosen, pro­fesseur de jour­nal­isme à l’université de New York les jus­ti­fie pleine­ment : « Les jour­nal­istes issus des minorités ont été recrutés pour apporter une autre vision du monde et de nou­velles per­spec­tives. Mais on leur demande d’effacer leurs points de vue au nom de l’objectivité et de l’honnêteté ». Autrement dit le respect du réel (l’honnêteté de base) n’existe plus, ne doit plus même exis­ter, place au jour­nal­isme de repen­tance. Les Blancs sont som­més de céder la place, si pos­si­ble en dis­ant mer­ci, comme Madame Nikole Han­nah Jones en a don­né l’exemple. Un mou­ve­ment dont on peut devin­er qu’il sera copié en France avec la com­plic­ité, active ou pas­sive, des écoles de jour­nal­isme, d’une par­tie des rédac­tions et la béné­dic­tion des pou­voirs publics.

Sur un sujet adja­cent voir nos arti­cles sur le Bondy Blog, financé entre autres par Marc Ladre­it de Lachar­rière. Le Bondy Blog qui pour­suit les mêmes buts que le mou­ve­ment auquel on assiste aux Etats Unis, rem­plac­er les européens par des non européens.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Samuel Étienne

PORTRAIT — Samuel Éti­enne, idole des vieux, dragueur de jeunes. Hyper­ac­t­if au som­meil léger, l’homme est passé par de mul­ti­ples cas­es de l’audiovisuel privé et pub­lic, fort d’un sourire ravageur et d’une plas­tique qui lui val­ut le statut de « bombe du mois » dans Têtu en 1994. Pili­er de France 3, il est séduit par Twitch où ses revues de presse rassem­blent des dizaines de mil­liers de « viewers ».

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.