Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | « Dépressions Ahmed, Youssouf », la météo allemande au diapason de la diversité multiculturelle
<span class="dquo">«</span> Dépressions Ahmed, Youssouf », la météo allemande au diapason de la diversité multiculturelle

14 janvier 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | « Dépressions Ahmed, Youssouf », la météo allemande au diapason de la diversité multiculturelle

« Dépressions Ahmed, Youssouf », la météo allemande au diapason de la diversité multiculturelle

« Dépressions Ahmed, Youssouf », la météo allemande au diapason de la diversité multiculturelle

Nous avons déjà traduit plusieurs articles de notre confrère berlinois Junge Freiheit sur la multiculturalisme germanique. Sur le « manque de rédacteurs en chef issus de l’immigration », et sur la haine de soi ; un papier du 5 janvier 2021 attire notre attention sur les phénomènes météo eux aussi atteints par cette mode « altérophile » qui n’a rien à voir avec les hommes forts qui soulèvent des poids.

Berlin. 05/01/2021 Les Nou­veaux acteurs des médias alle­mands (NdMM) — suite : Nous avions vu dans un arti­cle précé­dent com­ment cette organ­i­sa­tion de “migrants” veut chang­er l’Alle­magne. Désor­mais, c’est par le biais de la météo que doit s’ex­primer la diver­sité : les phénomènes météorologiques por­tant jusqu’à présent des noms bien alle­mands, devront être rebap­tisés sur les cartes de météo. Exit Fritz et Hans, bien­v­enue à Ahmed et Youssouf…

Ain­si, cet organ­isme a acheté des par­rainages pour plusieurs zones de haute et basse pres­sion atmo­sphérique afin de ren­dre vis­i­ble « la diver­sité de la pop­u­la­tion » car, aux dires de ses dirigeants, « selon l’Office fédéral de sta­tis­tiques, env­i­ron 26% de la pop­u­la­tion alle­mande sont issus de «migra­tions». Désor­mais donc, « les phénomènes météorologiques doivent porter des noms util­isés chez les « migrants ».

Auraient donc été acquis récem­ment 14 par­rainages pour une cam­pagne de «cor­rec­tion de la météo». Les dépres­sions atmo­sphériques et anti­cy­clones, par exem­ple, de la pre­mière manche en 2021 sont nom­mées par l’or­gan­i­sa­tion Ahmed, Goran, Yous­souf, Dim­itrios, Drag­i­ca et Chana. “Ren­dre le cli­mat plus diver­si­fié n’est qu’une étape sym­bol­ique”, a déclaré la prési­dente Fer­da Ata­man. “Il est impor­tant que la diver­sité sociale devi­enne enfin la norme, partout.”

Nous détournons la météo”

Tout a com­mencé avec la dépres­sion « Ahmed » et les chutes de neige actuelles en Alle­magne. “Nous détournons la météo et n’ar­rêterons pas de faire du foin jusqu’à ce que tout le monde com­prenne que notre société est diver­si­fiée !” peut-on lire sur la page Twit­ter #Weath­er cor­rec­tion, appar­tenant à l’organisation.

Ces par­rainages météorologiques peu­vent être demandés à l’In­sti­tut de météorolo­gie. Un anti­cy­clone coûte actuelle­ment 360 €, une dépres­sion, 240 €. L’or­gan­i­sa­tion, qui est financée par le min­istère fédéral des Affaires famil­iales, entre autres, a déclaré que leur acqui­si­tion était cou­verte par des dons. Au cours des dernières années, les sub­ven­tions de l’État ver­sées à cet organ­isme ont aug­men­té régulièrement.

Quota de migrants pour les journalistes

Est égale­ment exigé, par l’or­gan­isme, un quo­ta de migrants pour les jour­nal­istes ;  les médias devraient ain­si s’en­gager à employ­er au moins 30% de jour­nal­istes issus de l’im­mi­gra­tion d’i­ci 2030. De plus, les «non-blancs» devraient fig­ur­er ou inter­venir dans toutes les émis­sions, quel que soit leur type.

Le réseau fait par­tie des «Nou­velles organ­i­sa­tions alle­man­des» et se con­sid­ère comme « représen­tant des intérêts des pro­fes­sion­nels des médias ayant une his­toire de migra­tion ». Chaque année, il décerne le prix négatif de la « Pomme de terre d’or », pour des reportages « racistes et stigmatisants ».

Tra­duc­tion : AC

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Samuel Étienne

PORTRAIT — Samuel Éti­enne, idole des vieux, dragueur de jeunes. Hyper­ac­t­if au som­meil léger, l’homme est passé par de mul­ti­ples cas­es de l’audiovisuel privé et pub­lic, fort d’un sourire ravageur et d’une plas­tique qui lui val­ut le statut de « bombe du mois » dans Têtu en 1994. Pili­er de France 3, il est séduit par Twitch où ses revues de presse rassem­blent des dizaines de mil­liers de « viewers ».

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.