Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Du Parisien d’Arnault à Libération de Drahi, on chante la laïcité et loue le reconfinement
Du Parisien d’Arnault à Libération de Drahi, on chante la laïcité et loue le reconfinement

5 novembre 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Du Parisien d’Arnault à Libération de Drahi, on chante la laïcité et loue le reconfinement

Du Parisien d’Arnault à Libération de Drahi, on chante la laïcité et loue le reconfinement

Du Parisien d’Arnault à Libération de Drahi, on chante la laïcité et loue le reconfinement

Entre les attentats islamistes de Samuel Paty et de Nice, et la crise sanitaire, la rentrée scolaire qui s’est déroulée le 2 novembre 2020 était particulière. Particulière par le contexte, mais finalement assez classique dans la manière d’être abordée par les médias de grand chemin. Chez Aujourd’hui en France / Le Parisien, détenu par Bernard Arnault, on se félicitait de la discipline des Français ayant la “sagesse” de respecter les consignes gouvernementales. Et chez Libération de Patrick Drahi, l’heure était à toujours plus de laïcité pour lutter contre l’islamisme. Respect des ordres gouvernementaux et laïcité, voilà le programme.

Reconfinement, “le commencement de la sagesse”

Dans l’édito de l’édition du 2 novem­bre d’Aujourd’hui en France, Jean-Michel Sal­va­tor se félicite de voir un niveau d’acceptation du recon­fine­ment, “très élevé”, une véri­ta­ble “bonne nou­velle”, car selon lui, “nous con­nais­sons tous un proche qui a con­trac­té le virus”.

Il va jusqu’à citer François Mau­ri­ac qui dis­ait que “la peur est le com­mence­ment de la sagesse”. Cela ne fonc­tionne bien évidem­ment que pour la peur du coro­n­avirus, si vous avez peur des dérives gou­verne­men­tales ou de l’islamisme, ce n’est pas sage du tout. Mais qu’importe, les Français plus­soient à l’hystérie san­i­taire, c’est le plus impor­tant pour Le Parisien !

Face à l’islamisme, laïcité, laïcité et laïcité

Du côté de Libéra­tion, dans l’édition du 2 novem­bre, on par­lait covid mais aus­si abon­dam­ment de laïc­ité à l’école. “Com­ment, pour les pro­fesseurs, par­ler de laïc­ité à l’école ?” Com­ment faire, lorsque ces derniers font face à des “cas dif­fi­ciles” ? Vaste ques­tion à laque­lle le Redis­co (reli­gions, dis­crim­i­na­tions et racisme en milieu sco­laire) est là pour aider à trou­ver des solu­tions. Mais avant les solu­tions, l’organisme se con­tente d’observer et recenser les cas prob­lé­ma­tiques où la reli­gion s’est heurtée à l’enseignement.

Par­mi les cas recen­sés par Redis­co, l’islam est la reli­gion la plus représen­tée” mais peu importe, seule la laïc­ité inté­grale pour toutes les reli­gions peut nous sauver. De toute façon, si l’islam est actuelle­ment sur­représen­té, c’est à cause d’un sim­ple fac­teur con­jonc­turel, il y a un “faible nom­bre d’établissements privés musul­mans : les enfants de familles très pra­ti­quantes fréquentent donc l’école publique, là où juifs ou catholiques vont dans le privé. En revanche, d’une reli­gion à l’autre, les deman­des ou les con­tes­ta­tions relèvent glob­ale­ment des mêmes motifs”. Oui oui, pour Libéra­tion, sans les écoles privées, on serait débor­dé de prob­lèmes créés par les catholiques sco­lar­isés à l’école publique. Un seul remède mir­a­cle, la laïc­ité pour tous dès le plus jeune âge.

La ges­tion qui est faite des deux grandes men­aces actuelles de la France devrait inter­roger plus d’un, mais avec les grands médias soutenus par le grand patronat, on con­tin­ue comme avant, on écoute Mon­sieur Le Prési­dent et surtout, on se lave bien les mains, Covid poli­tique oblige.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Samuel Étienne

PORTRAIT — Samuel Éti­enne, idole des vieux, dragueur de jeunes. Hyper­ac­t­if au som­meil léger, l’homme est passé par de mul­ti­ples cas­es de l’audiovisuel privé et pub­lic, fort d’un sourire ravageur et d’une plas­tique qui lui val­ut le statut de « bombe du mois » dans Têtu en 1994. Pili­er de France 3, il est séduit par Twitch où ses revues de presse rassem­blent des dizaines de mil­liers de « viewers ».

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.