Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Rémunération des médias par Google : accord trouvé en France mais vives tensions et menace de censure en Australie
Rémunération des médias par Google : accord trouvé en France mais vives tensions et menace de censure en Australie

27 janvier 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Rémunération des médias par Google : accord trouvé en France mais vives tensions et menace de censure en Australie

Rémunération des médias par Google : accord trouvé en France mais vives tensions et menace de censure en Australie

Rémunération des médias par Google : accord trouvé en France mais vives tensions et menace de censure en Australie

Alors que les GAFA sont en pleine dérive, Twitter censure à tout va, WhatsApp (Facebook) fait polémique avec la mise à jour de ses conditions d’utilisation (finalement repoussée de 3 mois pour le moment), Google est entré dans une phase de conflit sur la question de la rémunération des médias, dans plusieurs pays. La France a peut-être  remporté une bataille, mais du côté de l’Australie, les choses se tendent.

France : un accord trouvé avec Google

Alors que le monde de la presse voit ses revenus chuter depuis plusieurs années, ceux des GAFA con­tin­u­ent à aug­menter dras­tique­ment, en par­tie grâce au con­tenu pro­duit par les médias qu’ils relaient dans leurs ser­vices. Les médias souhait­ent donc récupér­er une par­tie de ces recettes. C’est tout l’objectif de la réflex­ion sur le “droit voisin” qui existe au niveau européen depuis plusieurs années, les médias pour­raient béné­fici­er d’un droit d’auteur face aux géants du numérique et récupér­er par la suite, une par­tie des béné­fices. Une direc­tive européenne a été adop­tée en ce sens, en 2019.

Le jeu­di 21 jan­vi­er 2021, Google a signé un accord avec l’Alliance de la Presse d’Information Générale (APIG) (qui représente les quo­ti­di­ens nationaux et la presse régionale) pour trans­pos­er dans son droit nation­al, cette direc­tive de 2019. Ce nou­v­el accord fixe le cadre dans lequel l’entreprise devra désor­mais négoci­er des “accords indi­vidu­els de licence” avec chaque média. Il men­tionne dif­férentes don­nées finan­cières (con­fi­den­tielles pour le moment) rel­a­tives à ces opérations.

Un accord non dépourvu de défauts

Si cela représente une avancée pour cer­tains titres, cer­tains médias comme l’AFP, Le Point ou L’Équipe sont encore en cours de négo­ci­a­tion, car en dehors de l’APIG.

La sig­na­ture de ces licences entraîn­era aus­si le référence­ment du média con­cerné dans une nou­velle rubrique créée par Google, “News Show­case”. Cette nou­veauté va amélior­er la vis­i­bil­ité de ceux qui signeront avec Google, et donc, les ren­dre plus dépen­dants, du côté de ceux qui ne voudront pas négoci­er, ils se retrou­veront alors pénalisés…

La rémunéra­tion sera aus­si “basée sur des critères tels que, par exem­ple, la con­tri­bu­tion à l’information poli­tique et générale, le vol­ume quo­ti­di­en de pub­li­ca­tions ou encore l’audience Inter­net men­su­elle”, lais­sant présager une course à l’audience.

Australie : Google menace d’y bloquer son moteur de recherche

En Aus­tralie, la rémunéra­tion des groupes de presse sem­ble bien plus com­pliquée. Le lende­main de cet accord, le géant améri­cain a men­acé de blo­quer son moteur de recherche dans ce pays pour pro­test­er con­tre le pro­jet de loi en cours d’élaboration par le gou­verne­ment australien.

Ce dernier tra­vaille actuelle­ment sur un “code de con­duite” pour oblig­er Google et Face­book à rémunér­er cer­tains médias dont ils repren­nent le con­tenu. Pro­jet très con­traig­nant, il prévoit des pénal­ités de plusieurs mil­lions d’euros en cas de non-respect.

Face­book le rejette d’ailleurs aus­si et a men­acé de ne plus pub­li­er les con­tenus des médias aus­traliens en cas d’adoption.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Samuel Étienne

PORTRAIT — Samuel Éti­enne, idole des vieux, dragueur de jeunes. Hyper­ac­t­if au som­meil léger, l’homme est passé par de mul­ti­ples cas­es de l’audiovisuel privé et pub­lic, fort d’un sourire ravageur et d’une plas­tique qui lui val­ut le statut de « bombe du mois » dans Têtu en 1994. Pili­er de France 3, il est séduit par Twitch où ses revues de presse rassem­blent des dizaines de mil­liers de « viewers ».

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.