Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Sleeping Giants contre Valeurs Actuelles : la riposte est lancée face aux apprentis délateurs
Sleeping Giants contre Valeurs Actuelles : la riposte est lancée face aux apprentis délateurs

29 décembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Sleeping Giants contre Valeurs Actuelles : la riposte est lancée face aux apprentis délateurs

Sleeping Giants contre Valeurs Actuelles : la riposte est lancée face aux apprentis délateurs

Sleeping Giants contre Valeurs Actuelles : la riposte est lancée face aux apprentis délateurs

Pre­mière dif­fu­sion le 11/12/2019

Sleeping Giants, dont nous avions fait une large description à la rentrée, s’en est récemment pris aux chaînes télévisuelles diffusant Zemmour. Aujourd’hui, c’est contre une nouvelle cible médiatique que les cyberactivistes lancent l’offensive, Valeurs Actuelles, mais c’était sans se douter de la naissance d’une riposte.

Après CNews et Paris Première, Valeurs Actuelles

Depuis le 2 décem­bre, le col­lec­tif a lancé une cam­pagne con­tin­ue avec le hash­tag #opVA, à des­ti­na­tion de tous les annon­ceurs présents sur le site web de Valeurs Actuelles. Ceci dans le but de les informer qu’ils finan­cent “un site con­sti­tué en pour­voyeur de haine et d’in­tolérance” (sic).

Bien enten­du, selon leurs mots, libre aux entre­pris­es de con­tin­uer leur finance­ment, mais quand même, si elles con­tin­u­ent, ce ne sera vrai­ment pas bien. Ils pré­cisent d’ailleurs “qu’un “média” qui reste dans les bornes de la légal­ité a le droit d’ex­is­ter” (Valeurs Actuelles est con­cerné selon eux). Comme s’ils igno­raient l’importance actuelle des revenus pub­lic­i­taires pour la presse si elle veut être pérenne. Cette atti­rance pour la cen­sure n’a cepen­dant rien d’étonnant dès lors que par le biais de leur compte Twit­ter, ils blo­quent mas­sive­ment d’autres util­isa­teurs, même si ces derniers n’ont jamais inter­a­gi avec eux.

Un autre point sem­ble par­ti­c­ulière­ment intéress­er nos cyber­ac­tivistes, la recon­nais­sance Ser­vice de presse en ligne (SPEL) par la Com­mis­sion par­i­taire des pub­li­ca­tions et agences de presse (CPPAP) du média. Ils s’interrogent sur la rai­son qui a poussé la CPPAP à l’octroyer à un tel site. Mais surtout, comme nous en informe Slate, le renou­velle­ment de cette accrédi­ta­tion a lieu en jan­vi­er 2020. Le lance­ment d’une cam­pagne de “bash­ing” serait l’occasion idéale pour peser sur la future déci­sion de la CPPAP ?

Face aux Sleeping Giants, la riposte sur leur terrain s’organise

Suc­ces­sive­ment au début de cette cam­pagne, Valeurs Actuelles a lancé son “mur de la honte” avec le nom de nom­breux annon­ceurs ayant cédé aux injonc­tions des Sleep­ing Giants.

Côté médias, cer­tains jour­nal­istes ont apporté leur sou­tien. Car­ole Bar­jon de l’Obs s’est inter­rogée, “D’abord Valeurs Actuelles, et ensuite, quel média ? Et ensuite qui ?”. Jérôme Béglé du Point a con­damné en rap­pelant que “Toute déla­tion, toute ten­ta­tive de restric­tion de la pen­sée et de la parole est — dans la lim­ite de la loi — par­faite­ment inad­mis­si­ble”.

Une autre ini­tia­tive, pas directe­ment liée à Valeurs Actuelles, a suivi dans la foulée de ces cam­pagnes de lob­by­ing. Un compte Twit­ter inti­t­ulé “Watch­ing Giants”, reposant sur le même mode d’action mais souhai­tant défendre les “con­som­ma­teurs patri­otes”, a été lancé et il est déjà suivi par plusieurs mil­liers de personnes.

Et ces con­tre-offen­sives sem­blent porter leurs fruits puisque selon Cap­i­tal, Red by SFR et Frichti auraient finale­ment renon­cé à boy­cotter Valeurs Actuelles. Comme quoi, avec un peu d’organisation, le dik­tat des bien-pen­sants peu vite vaciller.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Samuel Étienne

PORTRAIT — Samuel Éti­enne, idole des vieux, dragueur de jeunes. Hyper­ac­t­if au som­meil léger, l’homme est passé par de mul­ti­ples cas­es de l’audiovisuel privé et pub­lic, fort d’un sourire ravageur et d’une plas­tique qui lui val­ut le statut de « bombe du mois » dans Têtu en 1994. Pili­er de France 3, il est séduit par Twitch où ses revues de presse rassem­blent des dizaines de mil­liers de « viewers ».

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.