Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Une journée dans la vie du Parisien Yvelines, entre accommodements et résignation
Une journée dans la vie du Parisien Yvelines, entre accommodements et résignation

13 novembre 2019

Temps de lecture : 4 minutes

Accueil | Veille médias | Une journée dans la vie du Parisien Yvelines, entre accommodements et résignation

Une journée dans la vie du Parisien Yvelines, entre accommodements et résignation

Une journée dans la vie du Parisien Yvelines, entre accommodements et résignation

Le Parisien a comme d’autres titres de la presse quotidienne régionale (Ouest-France, Sud Ouest, La Voix du nord, etc.) le grand avantage de couvrir un territoire étendu, dans le cas présent l’Ile-de-France. Chaque département francilien a une édition locale. La lecture de l’édition des Yvelines du 4 novembre 2019 offre une illustration saisissante de la ligne éditoriale du quotidien macron-compatible, entre accommodements raisonnables et résignation face à la violence urbaine.

Faits divers : l’escalade la violence urbaine

En cet automne 2019, la France est plus qu’à l’accoutumée sec­ouée par des agres­sions répétées con­tre des forces de l’ordre et des pom­piers appelés à inter­venir dans des quartiers à forte présence immigrée.

Les dégra­da­tions con­tre des équipements col­lec­tifs et les vio­lences urbaines qui ont été com­mis­es à Béziers et Chanteloup les Vignes début novem­bre sont traitées dans l’édition du 4 novem­bre du Parisien dans les « faits divers ». Le choix de cette rubrique qui sert habituelle­ment à recenser les inci­dents du jour ne manque pas d’étonner : ne sommes-nous pas face à un phénomène de société, qu’il con­vient de traiter comme tel, par une analyse, une recherche des caus­es et l’ébauche d’actions visant à l’éradiquer ?

Pieux silences

Les deux arti­cles con­sacrés l’un à l’incendie d’une école à Béziers, l’autre à l’incendie d’un cirque (un « cen­tre des arts du cirque ») à Chanteloup-Les-Vignes s’épanchent sur l’émoi causé par ces destruc­tions et leur ampleur matérielle. Alors qu’à Béziers la piste d’un acte de « bêtise pure » est évo­quée, il s’agirait à Chanteloup les Vignes d’une com­péti­tion entre villes (le mot « cités » est soigneuse­ment évité) et du traf­ic de drogue peut-être gêné pen­dant des travaux.

On ne trou­vera dans les arti­cles aucune piste visant à met­tre fin à ces vio­lences urbaines désor­mais prévis­i­bles et qui se renou­vel­lent à inter­valle réguli­er (nou­v­el an, 14 juil­let et main­tenant Hal­loween). Tout au plus apprend-on dans les pages « Yve­lines », dans un autre arti­cle con­sacré à l’incendie volon­taire de Chanteloup-Les-Vignes titré « ceux qui ont fait ça ne respectent rien » que des effec­tifs de Police vont être déployés dans la nuit pour éviter que de nou­velles vio­lences aient lieu. Pour com­bi­en de temps ? On ne le saura pas.

Le lax­isme de cer­tains par­ents, le traf­ic de drogue qui béné­fi­cie d’une qua­si impunité, le chô­mage de masse des habi­tants dans les zones urbaines sen­si­bles à l’heure où le gou­verne­ment veut accroitre l’immigration économique, inutile d’y penser. Ren­dez vous au nou­v­el an, ou avant, s’il y a un nou­veau « chal­lenge » entre quartiers de banlieue.

Trappes : une soirée de réflexion organisée à la mosquée

Sans tran­si­tion, un arti­cle est con­sacré dans les pages « Yve­lines » à « une soirée de réflex­ion organ­isée à la mosquée » de Trappes sur « la vie des musul­mans en France ». Le débat actuel sur le voile islamique est au cen­tre de l’attention. « A chaque fois on est stig­ma­tisés et pointés du doigt » titre l’article.

Pour organ­is­er cette réu­nion, le Parisien nous informe que le Prési­dent du cen­tre islamique de Saint Quentin en Yve­lines a fait appel au col­lec­tif con­tre l’islamophobie en France (CCIF). Le quo­ti­di­en région­al donne la parole à dif­férentes per­son­nes musul­manes qui se sen­tent stig­ma­tisées. L’article se ter­mine par l’information de la man­i­fes­ta­tion con­tre l’islamophobie organ­isée le 10 novem­bre à Paris.

On savait notam­ment grâce aux travaux de Pas­cal Bruck­n­er et de Philippe d’Iribarne que l’islamophobie est un terme util­isé pour dis­qual­i­fi­er voire crim­i­nalis­er toute cri­tique de l’islamisme gran­dis­sant en France. Les liens du CCIF avec des islamistes notam­ment des frères musul­mans ont été mis à jour par plusieurs enquêtes de ter­rain dont celle d’Isabelle Ker­si­mon. Peu importe égale­ment que le nom­bre d’actes con­tre le culte chré­tien et le culte juif soit bien supérieur à celui des actes com­mis con­tre le culte musulman.

Tous ces élé­ments n’empêchent pas Le Parisien de relay­er sans aucune réserve le dis­cours vic­ti­maire attisé par le CCIF. Tout comme il relaie sans réserve une man­i­fes­ta­tion co-organ­isée par des islamistes et des « indigénistes » notoires dont (même !) plusieurs per­son­nal­ités de gauche se sont désol­i­darisées. On sug­gère au jour­nal­iste du Parisien la lec­ture de l’ouvrage de deux jour­nal­istes du Monde paru en 2018, « La com­mu­nauté », qui décrit en détail la mon­tée de l’islamisme dans la ville de Trappes.

Municipales 2020 : Mantes la Ville « les promesses ont-elles été tenues ? »

Le quo­ti­di­en région­al s’est lancé en cet automne dans l’analyse de la réal­i­sa­tion des promess­es de cam­pagne élec­torale dans 5 « villes clefs » du départe­ment. Par­mi celles-ci, la ville de Mantes-la-Ville a été retenue. Pour quelle rai­son ? Elle ne fait pas par­tie des 5 villes les plus peu­plées du départe­ment des Yve­lines. On sus­pectera (avec beau­coup de mau­vaise foi) que l’appartenance de son maire au Rassem­ble­ment nation­al n’y est pas étrangère.

La pre­mière « promesse » passée au crible est la lutte con­tre le com­mu­nau­tarisme. « Mantes-la-Ville n’a rien d’un ter­ri­toire men­acé par le fon­da­men­tal­isme religieux » assène d’emblée le jour­nal­iste du Parisien. C’est pour­tant à Mantes-la ‑Ville qu’habite un youtubeur aux 103 K abon­nés pour­suivi en jus­tice en rai­son de liens avec l’État islamique. C’est égale­ment dans cette ville qu’un respon­s­able asso­ci­atif prô­nant un islam mod­éré est exposé selon lui à « une entre­prise de démo­li­tion » de la part de croy­ants rad­i­caux. Cela aura sans doute échap­pé au Parisien…On recon­naitra au moins l’honnêteté du jour­nal à don­ner la parole au prin­ci­pal intéressé – le maire — pour cha­cun des aspects de sa poli­tique passés au crible.

Des vio­lences récur­rentes con­tre des per­son­nes et des biens dans les « faits » divers, de la pub­lic­ité pour une organ­i­sa­tion com­mu­nau­tariste, un aveu­gle­ment sur la réal­ité de l’islamisme poli­tique qui s’implante en Ile de France comme ailleurs, c’est une journée comme une autre dans la vie du Parisien.

Voir aussi

Voir nos arti­cles précé­dents sur le quo­ti­di­en de l’Ile de France , sur la berlue du jour­nal qui voit plus de Mohamed que de Mar­tin sur les mon­u­ments aux morts, et un arti­cle très « macronien » sur les expul­sions d’étrangers en sit­u­a­tion irrégulière. Voir égale­ment note arti­cle con­sacré à la revue de presse de la « man­i­fes­ta­tion con­tre l’islamophobie ».

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Samuel Étienne

PORTRAIT — Samuel Éti­enne, idole des vieux, dragueur de jeunes. Hyper­ac­t­if au som­meil léger, l’homme est passé par de mul­ti­ples cas­es de l’audiovisuel privé et pub­lic, fort d’un sourire ravageur et d’une plas­tique qui lui val­ut le statut de « bombe du mois » dans Têtu en 1994. Pili­er de France 3, il est séduit par Twitch où ses revues de presse rassem­blent des dizaines de mil­liers de « viewers ».

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.